la valse des cadres

Publié le par dazibao

depuis plus de 2 ans, nous assistons au départ de nombreux responsables de direction qui sont encore en déserrance ou uniquement remplacés par des interims.
Jacques Hollebecque, directeur adjoint, Michel Guillon, secrétaire genéral qui nous ont quitté courant 2008, remplacés par interim par Marc Nobilet pendant plusieurs mois. Nous avons vu arrivé Henri Kilghelman le 1er avril 2009 pour assuré la direction adjointe.
Jean Francois Timmel, directeur du SPIN, parti  l'été 2008  remplacé finalement en octobre 2009 par Jean Michel Ihigo.
Philippe Hoang-Van, directeur commercial parti au printemps 2009, interim assuré par Helene Jourdain encore à ce jour.
Philippe Portelli, responsable de la DRT  à l'été 2009. Son département a lui carrement explosé et n'existe plus, séparé en plusieurs entités.
Cette valse montre bien le malaise existant au sein même des instances de la direction! 
Y aurait-il du harcelement aussi dans les sphères du "cabinet" du 5ème?

Y_a-t-il encore un pilote dans l'avion?

Marx 

Publié dans dazibao

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L


Il y eu aussi Frédérique Marceau, partie début mai 2010.
La valse des directeurs de CRDP devrait continuer face à leur incompétence.


Nous sommes en 2010, et ces établissement sont encore gérés (financièrement, humainement ....) comme à l'époque de Zola. 


Ce n'est pas fini


 



Répondre
B


Quel avion ? le CNDP c'est comme le Concorde, fierté d'une France qui n'existe plus, héritage des Trente Glorieuses. "On" a décidé qu'il ne devait plus exister.
C'est vrai qu'un dispositif d'excellence, favorisant la pensée pédagogique et l'esprit critique n'a plus lieu d'exister sous ce régime. Ce n'est plus possible de garder des enseignants au service
des enseignants ! Maintenant des "contractuels de haut niveau" grassement payés donnent des ordres à de pauvres hussards de la République qui ont perdu leurs illusions et leurs motivations. Ce
mélange des genres attise la haine dans les services, le mal-être issu du harcèlement quotidien. Les enseignants étaient là pour penser et transmettre... les autres sont là pour faire du chiffre
d'affaire. Les parts de marché ont pris le pas sur la conscience. De Profundis.... RIP CNDP



Répondre