K

Publié le par dazibao

 

K est en CDD depuis presque 3 ans au CNDP.

Il a été embauché pour ses compétences sur les medias numériques.

La direction lui a donné des responsabilités, un cahier des charges précis et détaillé pour rendre opérationnel un dossier stratégique, suite à une longue analyse de deux ans réalisé par les différents services du réseau sceren et des experts externes.

Il pensait qu’il lui suffisait d’appliquer les attendus du cahier des charges comme cela se fait dans la vraie vie du monde du travail pour un chef de projet.

Et là, oh surprise, cela ne se passe pas comme çà au CNDP.

Au CNDP existe une structure crypto- japonaise. Il  y a les enseignants et en haut de la pyramide les agrégés normaliens, ensuite vous avez la classe des administratifs, puis celle des ingénieurs et enfin la classe laborieuse.

Ce petit monde vit  sur un mode incestueux endogamique pyramidal. Les individus assujettis à cette classification fermée où les initiés se reconnaissent à des tics de langage mais plus particulièrement à l’assurance qu’ils ont à énoncer des absurdités pendant que leurs pairs acquiescent de concert.

K a des difficultés avec cette culture du renoncement face à une direction hermétique, investie par un collège invisible construit autour de petits privilèges qui s’assoit allégrement sur les objectifs attendus pour mieux profiter de son statut d’éminence, péniblement acquis après 40 ans de mesquins services. 

« Nous sommes les garants de l’argent public ! » soufflent de concert ces éminences.

Tout est dit. 

Que de bassesses pour garantir que l’argent public aille bien là où le collège invisible décide qu’il aille : à la réalisation d’une production de contenus élitistes qui n’atteint même pas la cible de leurs pairs, les 800 000 enseignants qui se coltinent leur sacerdoce quotidien devant une masse d’élèves ruminant son ennui comme un troupeau de bœufs ignorants. 

K est consterné devant l’arrogance de cette classe, aux savoirs surannés, qui n’est plus en phase avec les besoins éducatifs de notre société.

Ces confréries disciplinaires s’ébaudissent devant leurs savantes productions narcissiques et caressent les cercles d’une pédagogie devenue vicieuse et perverse.

L’argent public massivement investi produit majoritairement des cancres, des inadaptés et des frustrés quand ce n’est pas des dépressifs chroniques. 

K et sa méthode heuristique va plus loin. En observateur attentif des mœurs de notre société et du changement de paradigme lié à l’introduction massive d’agents numériques dans tous les secteurs d’activités  depuis 15 ans, K  constate un certain nombre de symptômes alarmants qui agitent le corps institutionnel de notre vénérable institution. 

Le CNDP est malade, gangrené, en phase terminale ! 

K , en tant qu’agent historique actif de cette mutation numérique est considéré par ces éminences comme le bouc émissaire qu’il faut sacrifier à l’aune des soi-disantes valeurs académiques de ces humanistes qui ont depuis longtemps oublié les fondements de leurs rôles éducatifs affichés sur les frontons des anciennes écoles de la république : liberté, égalité, fraternité. 

K est un esprit libre. K est le psychokiller de ces fonctionnaires et de leurs élites qui voudraient nous faire croire qu’ils sont les garants de l’argent public alors que leurs dérives professionnelles montrent plutôt un esprit de classe et un acharnement à préserver des privilèges ( et des budgets) acquis en outrepassant leur qualité d’agents de la nation.      

 

K est prêt au sacrifice ! 

Publié dans dazibao

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
T


K est parti sous d'autres cieux comme beaucoup d'autres. voir le syndrome de peter dans d'autres articles.


toto



Répondre
M


>K est prêt au sacrifice !



où en est-on ?



Répondre