Carabosse-et-son-pion -suite-

Publié le par dazibao

Nos élites éducatives ont peur de la nouveauté que les langages numériques introduisent dans la pédagogie et dans l'accès au savoir. ils ont peur que leur caste disparaisse puisqu'ils ne sont plus le passage obligé de la connaissance et du pouvoir que l'académie leur promettait. tant d'années à acquerir une connaissance qui se retrouve en 2 clics sur le net.

Il y a là matière à réflexion pour comprendre l'attitude de nos ayatollahs face à ce danger qui menace leurs privilèges.

“Je suis issu d’une tradition culturelle occidentale, pour laquelle l’idéal (mon idéal) était la structure complexe, dense et “bâtie telle une cathédrale” de la personnalité hautement éduquée et logique, un homme ou une femme qui transporte en soi-même une version unique et construite personnellement de l’héritage tout entier de l’occident. Mais maintenant je vois en nous tous (y compris en moi-même) le remplacement de cette densité interne complexe par une nouvelle sorte d’auto-évolution sous la pression de la surcharge d’information et la technologie de “l’instantanément disponible”.

Dans le Phèdre de Platon, Socrate déplore le développement de l’écriture. Il avait peur que, comme les gens se reposaient de plus en plus sur les mots écrits comme un substitut à la connaissance qu’ils transportaient d’habitude dans leur tête, ils allaient, selon un des intervenants d’un dialogue, “arrêter de faire travailler leur mémoire et devenir oublieux.” Et puisqu’ils seraient capables de “recevoir une grande quantité d’informations sans instruction appropriée”, ils risquaient de “croire posséder une grande connaissance, alors qu’ils seraient en fait largement ignorants”. Ils seraient “remplis de l’orgueil de la sagesse au lieu de la sagesse réelle”.

L’arrivée de l’imprimerie de Gutenberg, au XVe siècle, déclencha une autre série de grincements de dents. L’humaniste italien Hieronimo Squarciafico s’inquiétait que la facilité à obtenir des livres conduise à la paresse intellectuelle, rende les hommes “moins studieux” et affaiblisse leur esprit. D’autres avançaient que des livres et journaux imprimés à moindre coût allaient saper l’autorité religieuse, rabaisser le travail des érudits et des scribes, et propager la sédition et la débauche.

Certains tirent la sonnette d’alarme à propos de la multiplication de discours relativement technophobes et radicalement critiques à l’égard d’Internet. C’est un phénomène ancien et durable parmi les élites françaises. A la fin des années 90, Françoise Giroud définissait avec mépris Internet comme « un danger public puisqu’ouvert à n’importe qui pour dire n’importe quoi ». Aujourd’hui, Alain Finklekraut fustige le modèle d’horizontalité dont il est porteur. Plus récemment, Robert Redeker dénonce le narcissisme vain que manifestent des phénomènes comme Facebook. L’Internet comme « tout-à-l’égout de la démocratie », comme « la plus grande saloperie qu’aient jamais inventée les hommes » ;

Tous ces éléments mis ensemble manifestent l’angoisse presque désespérée avec laquelle les acteurs de la Culture en France accueillent la révolution numérique. Son extension progressive à chacun des secteurs concernés a été vécue comme une montée progressive des périls. Elle touche aujourd’hui le dernier bastion, le cœur sacré du temple culturel : le livre et cela n’est pas sans importance pour expliquer la violence des réactions actuelles qui, de l’indifférence et du mépris semblent évoluer maintenant vers la haine.

 

cassandre

Publié dans dazibao

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
E


Un enquête du monde datée du 09/09/10

      Le manuel numérique occupe aujourd'hui une place marginale dans le système éducatif français. En cause, le retard pris dans l'utilisation des nouvelles
technologies. Le problème des manuels manquants au lycée pourrait lui donner un élan. D'autant qu'un nouveau venu, la société Lelivrescolaire.fr propose gratuitement ses manuels numériques
d'histoire-géographie ou de français. Une nouvelle concurrence qu'observent, intéressés, les éditeurs scolaires traditionnels.

      Le numérique a du mal à faire sa place. Les éditeurs scolaires disent ne pas se sentir directement menacés par les nouveaux venus. "J'attends leur
développement avec curiosité et intérêt", assure Isabelle Magnard. Les adhérents de Savoir Livre entendent bien transposer leur position dominante sur le terrain de l'édition numérique. Pour ce
faire, ils revendiquent auprès de l'Etat un alignement du taux de TVA des manuels numériques sur les manuels papier, soit 5,5 % au lieu des 19,60 % actuels.

      Ils attendent également que des financements spécifiques soient débloqués auprès des établissements scolaires pour inciter les professeurs à acheter les manuels
numériques.

      Encore faut-il que ceux-ci en aient envie : alors même que ses équipements la situe dans la moyenne, les statistiques européennes classent la France au 24e rang,
sur 27 pays, pour ce qui est de l'usage de l'outil numérique dans un contexte pédagogique.

      bravo!



Répondre
M


 il convient de rappeler dans ce contexte l’expérience Mygale, basé sur les serveurs des universités françaises et ayant accès par la même au réseau RENATER (Education nationale). Mygale.org
fut à l’origine de l’usage citoyen d’internet en France, hébergeant des milliers de sites personnels francophones, aujourd’hui disparus du réseau, ayant était absorbés par la nébuleuse
MultiMania/Lycos.


Mygale est née en Août 1996, à l’université de Paris 8. Le point fort de l’idée était de proposer 5 Mo pour l’hébergement des pages personnelles (et non commerciales) et une adresse e-mail et
tout cela : gratuitement.


Pendant l’année 96, quelques mois après sa création il est déjà question de fermer ce site (pirate) pourtant seule source conséquente de données francophones sur le net, sur la requête
d’universitaires rétrogrades et de la direction de la stratégie de France Telecom. Celle ci en profitera pour modifier la tarification locale au forfait par une tarification à la durée qui
pénalisera pour longtemps l’implémentation des services Internet en France.


matrix



Répondre